par Eddy Bayemi Tsamo

 

Bal(l) tire son inspiration de la ballroom scene, une scène artistique fédérant différentes minorités ethniques, sexuelles et sociales. Par l’entremise d’un jeu de rôle ludique et poétique, dans lequel le vêtement tient un rôle prépondérant, cette communauté se joue du renversement des rapports de pouvoir. Ses membres personnifient un mode de vie qui considère les corps non plus comme enclaves mais comme espaces à réinventer.

Dans la ballroom scene, une catégorie célèbre des personnages nommés « butch queens » : ces hommes manifestent une capacité à mimer simultanément des attitudes d’une extrême féminité et masculinité. Ce projet de collection est l’opportunité d’imaginer le vestiaire de ces sujets intersectionnels. Il conjugue, de manière plus discrète ou plus ostentatoire, des signes allant de l’eveningwear couture au streetswear populaire. Dans ce fantasme collectif les lignes d’une robe de bal se sculptent sur des allures viriles, des noeuds papillon satinés se greffent sur une entrejambe et des ballons de football mutent en accessoires de parure.
En se réappropriant ces codes stéréotypes, les butch queens font montre d’une masculinité alternative et d’une capacité plastique à adopter une posture politique pour mieux s’affranchir des limites imposées par la société.

Suivi de projet: Gilles Rosier /Accessoires: Jocelyne Imbert / Communication de projet : Marlene Van de Casteele