« Reste »

Le corps et l’esprit se scindent . Le moteur continue de tourner mais la conscience s’efface ; l’être n’est plus qu’une peau tirée par les mouvements de ses muscles.
Cet objet serait le reste d’une transe longue et intense. Le corps meurtri en aurait perdu sa conscience, pour ne plus laisser qu’un amas de chair.